Regardez-les, écoutez-les,
c’est notre conscience
qu’ils interpellent

Cliquez sur les portraits pour accéder aux témoignages

Betty

Infirmière

(Indre et Loire)

J’espère un jour pouvoir me dire que ce n’était qu’un cauchemar.

Marine

Aide-soignante

(Ille-et-Vilaine)

Pourquoi les gens ne se soulèvent pas pour les générations futures ? Pourquoi on laisse passer ces choses-là ?

Sylvie Désarménien

Aide-soignante

(Puy-de-Dôme)

En hommage à tous les soignants que l’on maltraite et pour que jamais on n’oublie Sylvie.

Valérie

Aide-soignante

(Essonne)

Je m’attends au meilleur, mais j’envisage le pire.

Rachid

Aide médico-psychologique

(Yvelines)

On a montré un dévouement total à la Nation et 18 mois après, on est des parias. Et ça, c’est très dur à vivre.

Marjorie

Aide-soignante

(Seine-Saint-Denis)

L’avenir me fait très peur.

Éric Loridan

Chirurgien

(Pas-de-Calais)

Ceux-là sont les premières victimes de ce système qui broie les plus belles âmes soignantes.

Cécile

Pompier

(Ille et Vilaine)

Pendant toute ma carrière j’ai attendu "LE grand feu". Aujourd’hui, le combat pour la liberté « vaccinale » et le respect des droits de l’homme est mon grand feu.

Diane

Dentiste

(Val-de-Marne)

Le Conseil de l’Ordre des dentistes interdit aux non-vaccinés de se faire remplacer, d’avoir un collaborateur, et même de vendre leur cabinet : aucune justification médicale à cela.

Cédric

Psychologue en hôpital

(Hauts-de-Seine)

Je vois énormément de colère, mais aussi des gens qui s’écroulent, cloués au lit chez eux parce qu’ils n’envisagent plus aucun avenir.

Axelle

Aide médico psychologique

(Isère)

Mon enfant avait 4 ans quand tout a commencé. Je veux pouvoir lui dire que j’ai essayé de dire non à ce monde, que je n’ai pas tout accepté.

Gregory Pamart

Médecin

(Nord)

Je vais continuer à essayer de changer le monde et si je n'y arrive pas, j'essaierai quand même.

Audrey

Orthoptiste

(Landes)

En 2020, j’ai découvert la capacité des médecins à oublier leur esprit scientifique.

Marie

Psychologue

(Manche)

N’OUBLIONS JAMAIS qu’à partir de 2020, notre démocratie a chaviré…

Vincent

Médecin Radiologue

(Haute-Savoie)

Je suis médecin et je m’adresse à tous les médecins qui liront ce témoignage.

Martine

Infirmière

(Ardèche)

Printemps 2020 : On s’adapte, on rassure, on écoute, on panse les cœurs et les corps, on est là !

Johanne

Aide-soignante

(Ille-et-Vilaine)

Ceux qui il y a encore quelques mois nous applaudissaient, aujourd’hui nous ignorent et nous méprisent.

Olivier Soulier

Médecin

(Nord)

Si j’ai eu de la colère, elle a fait place à de la détermination, calme, précise, pour être efficace.

Caroline

Médecin pédopsychiatre

(quelque part en France)

Les enfants sont-ils là pour protéger les adultes ? Les rôles sont-ils inversés ?

Christelle

Infirmière en dialyse

(Gironde)

Si vous faites ce choix vous ne serez plus rien.

Sebastien

Pompier professionnel

(Mayenne)

Où est passé le bon sens ? Est-ce fermer des lits et suspendre des soignants ?

Thelma

Médecin Urgentiste

(Charente)

Je me bats pour tous les enfants du monde, que je n’ai pas.

Coraline

Infirmière libérale

(Pyrénées Atlantiques)

Il y a une omerta énorme, tout est étouffé, on sait, mais on ne dit rien.

Dominique

Médecin

(Paris)

Il y a un double scandale, celui de ces soignants qu’on empêche de travailler et il y a le scandale de la privation de liberté.

Stéphanie

Infirmière anesthésiste

(Paris)

Le travail en réa a été très dur, mais ce que j’ai le plus mal vécu, c’est la façon dont l’hôpital nous a gérés.

Sophie

Aide-soignante

(Côtes d’Armor)

J’ai envie d’une vie dans la joie et non dans la peur.

Frédéric

Jardinier

(Doubs)

La nature, la Terre m’ont appris tellement de choses. J’ai envie de retrouver le partage, l’amour de la vie.

Gabrielle

Médecin

(Région Ouest)

La fin justifie-t-elle les moyens ? Une maladie virale doit-elle autoriser le contrôle absolu des populations en leur ôtant toute liberté ?

Joseph

Agent hospitalier

(Seine-Saint-Denis)

Et puis là, on se retrouve sans travail, sans salaire et tous ceux qui nous ont applaudis se cachent chez eux. C’est dommage.

Alexandra

Masseur-kinésithérapeute

(Landes)

Ils ont voulu nous enterrer, mais ils ont oublié que nous étions des graines.

Pascale

Aide-soignante

(Gironde)

J’ai la sensation qu’on m’a mis une laisse autour du cou, que je suis accrochée au mur de l’établissement avec une gamelle vide, sans eau, et qu’on m’a dit : Voilà, démerde-toi.

Marielle

Infirmière

(Ille-et-Vilaine)

Je ressens une grande injustice et une grande incompréhension.